Notre second passage aux Urgences de l’hôpital du parc à Colmar :

A toi, à l’accueil des urgences de l’hôpital pédiatrique du parc de colmar le soir du vendredi 7 août 2015 à 22h.
Tu es peu être une de ces infirmières qui voit passer des tas de dossier divers et varié. Qui préfère sûrement passer son vendredi soir avec sa famille ou ses amis. Certes. Mais ton boulot c’est ton boulot, alors si tu pouvais le faire bien ca arrangerait tout le monde !

 

 

 

Au lieu d’accueillir les gens comme des parents indigne, sans jugeote et n’ayant que peu de bon sens. Sérieusement garde tes réflexions à la c*n. Et tes haussement de sourcil et d’épaule tu peux te les garder également. (Oui je suis vulgaire c’est pas mon genre pourtant mais là je suis vraiment très en colère.)
Quand ton enfant est constipé c’est une chose. Que ca ne fasse que 2 jours ok. Mais je ne pense pas avoir couru aux urgences pour une simple constipation.
Quand ça fait 2 heures que ton enfant pleure en disant qu’il veut faire caca mais qu’il a mal. Tu ne peux vraiment pas le laisser comme ça en attendant la consultation de ton médecins le lendemain matin. Et ton conseil à deux balles concernant les supo de glycérine bah je suis pas médecin, mais toi non plus soit dit en passant.
Alors j’estime que ton job commence par l’accompagnement dans de bonne condition des parents désemparé devant la détresse de leurs enfants et donc parfois un peu déboussolé. Et entre nous, un sourire ça mange pas de pain !
Sérieusement c’est parce que Nono était calme dans mes bras que tu as pensé qu’on s’alarmait pour rien ?
Et après quand tu l’as entendu se mettre à hurlé dans la salle d’attente c’était du cinéma peu être ?
Alors quand 1 heure (de hurlement) et un lavement plus tard tu as passé ta tête dans la pièce pour prendre des nouvelles de notre fille, sur un ton mielleux et la bouche en coeur, j’avais juste envie de te cracher au visage.
Je suis pas médecin, je ne me suis pas affolé suite à ces deux jours de constipation car nono n’avais pas de fièvre, elle mangeait et jouait. Mon médecin m’a toujours dit que si elle remplissait ces trois critère il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Bien entendu tout ça j’ai pas eu le temps et surtout pas l’envie de te le dire.
Bref une fois de plus je ne garderai pas vraiment un bon souvenir de mon passage chez toi. Le plus triste c’est que la prochaine fois qu’il y aura un truc dans ce genre qui se passera dans ma vie, à cause d’une pauv*e fille comme toi, je vais réfléchir à deux fois avant de prendre ma voiture pour emmener ma fille aux urgences.
PS : Tu as de la chance que Ludo ne soit pas de nature violente parce qu’il avait une sérieuse envie de te mettre son poing dans la tronche !
PPS: Merci à toi, seconde infirmière au cheveux claire et au sourire agréable. Tu as pris le temps de nous parler et de nous rassurer. Malheureusement nous avons été aveuglé de colère a cause de ta collègue en carton. Mais merci à toi 😉

Pour me rappeler qu’elle se porte bien.

 

Une réflexion sur “Notre second passage aux Urgences de l’hôpital du parc à Colmar :

  1. Oui Nono va vraiment mieux à présent. C'est vraiment pas agréable de ce sentir jugé quand on arrives aux Urgences mais bon… On apprend de ces erreurs, la prochaine fois (même si j'espère qu'il n'y en aura pas), je ne me laisserai pas juger ainsi !

  2. Pauvre puce :((( pour avoir travaillé 6 ans aux urgences je peux te dire que j'ai vu passer des filles de cet acabit, mais rassures toi, elles ne sont pas la majorité. J'espère que Nono va mieux

  3. C'est vraiment déstabilisant de les voir souffrir mais de ne rien pouvoir faire pour les aider.
    J'ai voulu faire un massage à Nono, mais elle ne voulait pas !
    Hihi, malgré que ce ne soit pas le corps médical en soit qui m'énerve, car Nono à été correctement pris en charge et en repartant Nono était vraiment apaisé. C'est plutôt l'accueil qui est sérieusement à revoir ! Mais cette fois, je me souviendrais de sa tête, et si je dois y retourner je ne me laisserai pas juger de la sorte. M'enfin… heureusement qu'avec Ludo on a un certain respect des gens malgré tout…

  4. Ma Choupette a été une fois vraiment constipée. Je me rappelle qu'elle pleurait beaucoup en disant « bobo caca ». Effectivement elle n'avait pas fait caca de la journée. On lui a massé le bidon comme on a pu. Ça l'a apaisée un peu puis la douleur est revenue. Je l'ai prise contre moi et là je me souviens avoir senti cette chose si dure dans sa couche, on était soulagés, mais on a bien compris la douleur que ça avait dû être.
    Et quand à cette connasse, encore une qui me fait aimer le corps médical tiens. Nono va bien, c'est ça la principal. Mais si tu veux on va lui défoncer sa gueule quand même 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *