Chère Noéline,

Ma fille, ma princesse, mon bébé.
Tu grandis tellement vite. Tu as déjà 6 mois. Et je me décide enfin à t’écrire cette première lettre.

Avec ton tour de lit fait avec beaucoup d’amour par Marraine et moi !
J’aimerai que tu saches ce que je ressent aujourd’hui pour toi. Cette amour infini, cette dépendance à toi. A la  reprise du travail ça allait plutôt bien, mais maintenant que tu grandis et que tu échanges de plus en plus avec nous, chaque jour de travail supplémentaire renforce cette sensation de manque de toi. Je pense à toi et je t’imagine chez ta gardienne. Alors quand le manque est trop intense je prend quelques minutes, assise à mon bureau et je te vois me faire un de ses sourires (tu sais le même que moi, dont tes tontons disent souvent que c’est un sourire de joker). Et là, je me retrouve à pouffer de rire, seule devant mon écran d’ordinateur qui attend que je saisisse la prochaine facture, à côté de mon téléphone qui ne tarde pas à sonner pour me tirer de cette image tellement drôle de toi, avec la banane!!! 
Tu vois ma puce, ce blog pour moi, est le lien vers notre passer. Ce passer que j’ai si peur d’oublier.. Alors j’y note les événement fort qui construisent notre histoire. Et je sais qu’ici, à chaque instant, toi ou moi pouvons nous replonger dans ces souvenirs. Et tu te rendras compte alors que notre histoire aura occuper un certain nombre de personne, qui auront échanger avec moi, et ça c’est drôlement chouette. Je te souhaite de vivre là même chose un jour. Mais d’ici là tenir un blog sera ringard c’est sûr. 
Mon bébé, toi qui grandi si vite. Tu tiens assise depuis peu et c’est là que je me suis rendu compte : ma petite crevettes à laissé place à une petite chipie. Bientôt une petite dent fera son apparition. Les petits pots ça c’est largement acquis, tu manges de tout et surtout tu manges tout, oui même là nappe quand tu es assise dans ta chaise haute, c’est pour dire.. 
Mon ange, tu nous apportes, à ton papa et moi, une bonheur immense. Bon il faut être franc, ce n’est pas toujours tout rose. Tu as déjà un sacré caractère. Mais après un moment difficile, tu arrives toujours à nous dérider. Que ce soit pour papa ou moi, un seul sourire de ta part, et tout est oublié. 

Avec ton papa d’amour !
On t’aime d’un amour éternelle. L’amour d’une mère à sa fille. Cet amour pour toi …

Noéline, ma princesse je t’aime.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *