Une histoire de lit

Nono a eu 2 ans fin mai. Je savais qu’il était temps d’envisager de la sortir de son lit à barreaux. Mais j’avais vraiment super peur. Peur que le coucher ne se passe mal. Jusque là, on arrivais à bien gérer.
On met la minuterie, ca sonne, elle sait qu’elle doit aller au dodo. On la couche, câlin et bisous à papa ensuite maman raconte l’histoire (ou l’inverse). Dernier câlin et dernier bisous. Et voilà la miss au lit. Après elle raconte encore pendant une bonne demi-heure. Mais très très rarement de pleurs et de crie. Parfois elle nous réclamait encore un peu à boire ou un dernier câlin.
J’avais vraiment peur qu’en changeant ses habitudes, on se tire un balle dans le pied, et que les coucher deviennent chaotiques.
Et puis les mois sont passé, et nous n’avions toujours pas franchie le cap.
C’est seulement début septembre, qu’avec Ludo nous avons décidé de lui retirer sont lit à barreaux. Enfin décidé… c’est parce que les Parents à Ludo nous donnait un matelas une place dont ils n’avaient plus l’utilité. On décide donc de poser le matelas au sol et de garder le lit à barreaux vide dans un coin de sa chambre.
On a mis le matelas exactement dans le même sens que son lit, et j’ai essayé de bricoler une affaire pour poser sa tête de lit.
Et les premières nuits ce sont bien passé. Nono était toute fière de dormir sur son matelas. Les couchés ce passait bien, voir même mieux. Elle a enfin arrêté de nous réclamer systématiquement un dernier câlin, ou de l’eau.
Il fallait donc qu’on lui trouve un lit à présents. On a commencé à regarder chez l’ami suédois. Et finalement on a profité d’une bonne occasion sur Groupon, (220 euros, lit, sommier et matelas fdp compris) pour un superbe lit surélevé (mais pas trop), et avec un toboggan S’IL VOUS PLAIT. De quoi rendre notre princesse la plus heureuse.
Après quelque jours, le tant attendu toboggan était là. En moins de 2 heures, super Papa l’avais installé. Et elle à donc passé sa première nuit dans son lit de grande !
Malgré tout, la nuit ou pour les siestes, on installe une planche pour condamner l’accès a l’échelle. Ainsi Nono qui a l’habitude de dormir dans les coins ne risque pas de tombé pendant la nuit.
La barrière est très sécurisante, et pratique pour pouvoir lui accrocher sa tête de lit. Le toboggan lui plait énormément (était-ce utile de le préciser?). Une bande de scratch est déjà prévu pour que je puisse lui faire de jolie côté pour créer une cabane sous le lit. En attendant, on peut ranger ses jouets dessous et ca nous évite de perdre de la place dans la chambre. D’ici quelques temps, nous pourrons retirer le toboggan et nous espérons qu’elle puisse garder ce lit jusqu’à ces 14/15ans.

 

 

 

 

Bref, la transitions c’est bien déroulé. Les couchés ce passent toujours aussi bien. Nono est ravie de son lit, enfin surtout du toboggan 😀

Une réflexion sur “Une histoire de lit

  1. Je ne peux même pas te pousser à passer le cap en disant que ça les rends plus autonome parce que pour le coup, Nono ne se lève pas de son lit. Elle se réveil et attend qu'on aille la chercher. Mais ils sont fières quand même à ce passage pour le lit de grand !

  2. La mienne a 27 mois et toujours ses barreaux. C'est un lit évolutif donc il y a juste à les enlever mais je n'ai pas franchi le cap non plus… Je crois que je m'accroche à ce lit bébé car j'ai du mal à la voir grandir. Mais ton article me pousse un peu à sauter le pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *