Mise en place de l’allaitement maternel

Pendant ma grossesse j’avais déjà parlé de l’allaitement, de mes craintes et mes envies. J’en avais parlé .

Mais maintenant, c’est du réel et du concret. Plus de point d’interrogation, plus de point de suspension. C’est là !! Quand ce petit bout de vie à été posé contre mon ventre, qu’elle s’est mise à pousser ses premiers petit cris, on l’a un peu « sécher » dans la serviette stérile, puis on l’a posé contre mon torse nue.. Ces premiers instant de vie contre moi, bien au chaud, avec Mr Moquette qui la dévorait des yeux… Ces instants magique je ne les oublierais jamais… 

Ensuite la sage femme m’a proposé de la mettre au sein. Elle se propose de m’aider pour ses premiers instant. Et oui l’allaitement ce n’est pas qu’instinctif, sa s’apprend aussi !! Princesse Nono c’est mise à tétée de toutes ses petites forces, très goulument !! Après quelque minute, la sage femme se voit obligé de la couper dans son élan pour aller l’habiller en compagnie de Mr Moquette. C’est là, qu’elle aura vraiment pleuré. Elle pleurera tout le temps de notre courte séparation, et lorsque Mr Moquette et elle sont revenu, la sage femme l’installe à mon autre sein, et Princesse Nono ne se fait pas prier, elle se remet à tétée goulument, jusqu’à s’endormir repu…

C’est ensuite que les choses ce sont corsé pour moi. Princesse Nono, elle remplissait sa part du marché, et tète très très bien ! Mais pour moi, rien ne vas correctement. J’ai de plus en plus mal au mamelon. J’en parle aux sages femmes qui me propose de me rendre dans le salon d’allaitement pour pouvoir être aidé lors de la mise au sein. Ce que je ferai pour quasiment le reste des tétée faite à la maternité, mais ça ne résoudra pas mon problème, les douleurs sont là. Certaine sage femme m’explique que c’est normal, d’autre essais de m’aider mais dans la globalité elles sont plus à « FAIRE » pour nous aider à mettre au seins, mais pas vraiment à « EXPLIQUER » pour que nous, jeune maman puissions refaire sans aide ensuite (et là je ne critique pas, je comprend parfaitement que les sages femmes ont beaucoup à faire dans les maternités).

Mais plus la douleur s’installe, et plus on appréhende la prochaine tétée, la douleur… Alors je me raccroche à l’idée qu’elle, elle rempli sa part du contrat, qu’elle fait ce qu’il faut, et correctement qui plus ai ! Alors que je dois m’accrocher, ne pas baisser les bras et qu’il me faut serrer un peu les dents. Que d’autre maman serai prête à déplacer des montagnes pour allaiter mais que c’est bébé qui ne tète pas correctement…

Mr Moquette me soutiens énormément, il m’encourage. Me dit que je suis forte, que d’autre maman aurai déjà abandonner et qu’il est admiratif devant le boulot fait par Princesse Nono et par mon courage de continuer !!

A mon retour à la maison, le problème était toujours présent même si un peu moins douloureux. J’avais encore mal au début de la tétée, puis la douleur s’estompait. Mais j’avais surtout les mamelons en feu après la tétée ! 

Une sage femme se rends chez nous pour peser la puce. Je lui parle de mes douleurs lors de l’allaitement, et me propose de voir comment je m’installe, ça tombe bien, Princesse Nono à faim. Et là, cette sage femme (ma sauveuse) m’explique que je tiens Princesse Nono trop loin de mon sein, et trop « haut ». Elle me montre que je dois la serrer plus fort contre moi, et que je dois partir du milieu de mes deux seins pour que la puce lève la tête et ouvre grand la bouche. Et HO MIRACLE, voilà qu’il n’y a plus de douleur !!! Il ne me resta plus qu’à attendre un peu que mes mamelons se remettent des jours de torture passé. 

Au jours d’aujourd’hui, mon allaitement se passe bien. On prend le temps essaye de bien s’installer, la puce s’énerve moins longtemps, prend plus vite et plus facilement le sein. Et maintenant que tout vas mieux, je me pose la question : ai-je fait le bon choix ?

Et oui, tout n’est pas tous rose bonbon dans ma petite tête de jeune poule pondeuse. J’ai sans nul doute choisie le chemin le plus compliqué. Tout d’abord par les douleurs des débuts que je n’aurai pas eu avec un biberon. Puis les nuits entre coupé où personne ne peut te soulager, même pas une fois, non c’est pour ta pomme, alors fatigué ou pas fatigué tu n’as pas le choix, il faut nourrir ce petit asticot qui gesticule de faim. J’ai d’ailleurs même l’impression que les bébés nourris au biberon font bien plus facilement leur nuit ?! Mythe ou réalité, mes amies te diront réalité, je suis la seule sadomaso à avoir choisie l’allaitement !! Il y a aussi ce côté « jamais sans ma fille » même pas pour une heure de piscine, au cas ou la puce viendrais à avoir faim (rappel : je ne suis pas trop branché tire lait). 

Alors pour le moment, je me dit qu’après tous les efforts fournie, ce serai vraiment un gachie de tout laisser tomber maintenant, par manque de « confort ». J’espère trouver très rapidement un épanouissement total dans mon allaitement, qui pour le moment n’est pour moi qu’une nécessité vital pour ma fille. J’espère ressentir ce lien si particulier d’une mère à sa fille…

__________________________________

Pour participer au Bai Jia Bei de la Princesse Nono, c’est ici.
 

Une réflexion sur “Mise en place de l’allaitement maternel

  1. J'aime mon blog pour cette raison, pouvoir me lâcher sur mes émotions et tout le toutim, et en échange avoir la plaisir de connaitre vos expériences, ca m'aide beaucoup ! Alors un Grand et Gros MERCI !!

  2. Hello,
    Avant tout dis toi que tu aurais aussi douté si tu avais biberonné, c'est une période où on doute pas mal quoi qu'on fasse !! Et puis les bibs ont aussi leurs inconvénients, tout un tas de berdol à trimballer quand tu sors, le nettoyage, la boite de lait qui s'ouvre dans le sac, la panique parce que tu as oublié le lait, le biberon …. (tout est du vécu ;-D)
    Côté nuit, mon 2ème allaité a fait ses nuits avant le 1er biberonné. Quand j'étais naze, mon mari allait le chercher lui changeait sa couche et me l'apportait, je n'avais plus qu'à le coller au sein et à le reposer dans son lit.
    Bon courage quels que soient tes choix, ce seront les bons pour vous !

  3. Merci Edenlly !! Ca fait du bien de lire des témoignages si encourageant (surtout de lire que vos enfants ont fait leur nuit dans les premiers mois).
    Pour le pics de croissance, je me pose pas mal de question. J'ai peur de remettre trop souvent ma fille au sein, par peur qu'elle ne régurgite si son estomac est trop plein… Est ce une crainte infondé ?? Est ce que je peux remettre la puce au sein même 30 minutes après la fin de la tétée précédente ?
    Bon toutes ces questions je les poserai à ma Sage Femme jeudi quand je m'y rendrais pour la pesé.
    Dans tous les cas, merci les filles de me rendre attentive à ces pics de croissance !!

  4. C'est fou comme une personne peut tout changer 😉

    Pour l'allaitement c'est beaucoup de contrainte, j'ai pensé la même chose que toi au début.
    Ne pas pouvoir sortir, être la seule a se lever… mais bon le biberons n'est pas toujours mieux. Car ce n'est pas dit que ta fille au biberon n'aurais pas eu de probléme, je pense au colique et la nuit ton sein c'est du pret à teter alors que le biberons tu doit le preparer….

    Enfin je te rassure les premiers mois on a l'impression de faire que ça. Personnellement ma puce a fait ses nuits a 2mois. Pareil que maman Dinde depuis ses trois mois les horaires son fixe ce qui aide pas mal pour les sorties.
    La a 5 mois elle passe à 4 tétée par jours.
    Honnêtement faut vraiment laisser passer le premier mois histoire que tout s'installe.

    Comme dis Maman Dinde attention au pics de croissance.

  5. TIENS BON!!
    J'ai connu ça aussi, ces douleurs incroyables, ces tétées très fréquentes où tu es la seule à pouvoir répondre aux besoins de ton enfant. Mais tout ça passe vite, très vite finalement. Ma fille a fait ses nuits à 1 mois et demi, le lardon a 2 mois, en passant par la même occasion à 5 tétées. Depuis ses 3 mois il a un ryhtme fixe, 4 tétées aux heures des repas. Il pousse bien, je n'ai pas mal. Il me regarde, me sourit, me met les doigts dans la bouche et me vire mes lunettes. Il a 5 mois et demi. Ca passe super vite, et une fois que ça roule l'allaitement, c'est du bonheur en barre!
    Attention au passage : pic de croissance vers les 3 semaines!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *