Je me suis mise à la course à pied

Adolescente, j’ai toujours aimé le sport. J’ai fait beaucoup de volley-ball, mais j’aimais également l’EPS à l’école. Sauf… sauf lorsqu’il fallait courir autour d’un stade, sans but aucun ! Je trouvais ca horrible !

Jeune adulte, ma belle-sœur s’est mise à la course à pied. Et elle a voulu m’y embarquer. Mais je n’ai absolument pas accroché. Je n’aimais profondément pas ça. Ca me saoulait au plus haut point. Et puis de nombreuses années sont passés.

L’année dernière les Mamans de mon village m’ont proposé de participer aux Mulhousiennes. Course de 6 km à Mulhouse, comme son nom l’indique, uniquement réservé aux femmes, et ce pour récolter des fonds pour la Lutte contre le cancer du seins. Sur le coup ma réponse a été : Plutôt mourir que courir ! Mais elles m’ont tout simplement enrôlé pour cet évènement incontournable de la région. Je me suis laissée amadouer en me disant « au pire je fini en marchant, j’aurai au moins participé, et puis pour l’ambiance et le but de l’évènement ». Puis on démarré les entrainements.. On a essayé de se retrouver une fois par semaine pour ça. Souvent je trainais un peu des pieds, je râlais beaucoup également, mais une fois terminée, avec 5 ou 6 parfois même 7 kms dans les jambes : j’étais très satisfaite et contente de l’avoir fait.

Et la date des Mulhousiennes est arrivée, je l’ai fait ! Pour elles ! Pour toutes ces femmes qui ont lutté ou qui lutte encore contre ce cancer du seins, ou tout autre cancer ! J’en ai clairement chié (désolée il n’y a pas d’autres mots). J’étais à bout de souffle, à bout de muscle, mais tellement fière de l’avoir fait.

Après ça… Plus rien. J’ai rangé mes basquets, et finitot. J’avais bien en tête de m’y remettre à l’arrivé du printemps; Mais les beau jours ont refait leurs apparaition plus vite qu’esp&r&. Alors les baskets sont ressorti du placard. J’avais une rofonde et très forte envie de m’y remetre. Presque indispensable pour moi .

A présent, c’est moi qui encourage les mamans à se joindre à moi pour aller courir. Ca me fait du bien au moral, de les retrouver, d’êtres avec elles, de couper de la maison. et notre objectif reste le même : les Mulhousiennes 2019. Mais cette année, en m’y préparant mieux, et plus longtemps, j’espère que cette course de 6 kms sera plus appréciable pour moi. Que j’en profiterai plus : de l’ambiance, et d’être avec elles (toujours).

Et puis quand je fais un peu le point : moi qui n’aimais tellement pas courir, là j’en éprouve un réel besoin. Un manque intense, un besoin d’aller me dépenser et de me dépasser toujours un peu plus.

Alors je vous donne rendez-vous en septembre pour le résumé de cet évènement sportif, aboutissement de cet entrainement de 2019.

Laisser un commentaire